Un jeune couple chrétien au Soudan qui a deux enfants ensemble fait face à 100 coups de fouet pour "adultère" après qu'un tribunal de la charia (loi islamique) a annulé leur mariage en raison de la conversion du mari au christianisme, selon un rapport.

Le couple, Hamouda Tia Kafi, 34 ans, et Nada Hamad Shukralah, 25 ans, de l'État d'Al Jazirah, se sont mariés en 2016 alors qu'ils étaient tous deux musulmans et les troubles ont commencé deux ans plus tard après que Kafi ait mis sa foi en Christ, Morning Star News mentionné.

La famille de Shukralah a déposé une plainte devant un tribunal de la charia, qui a dissous leur mariage, car l'apostasie était un crime passible de la peine de mort à l'époque, a-t-il expliqué.

En 2021, Shukralah s'est également convertie au christianisme et est revenue avec leurs deux enfants chez son mari, le Soudan ayant dépénalisé l'apostasie un an après la fin du régime islamiste du président Omar el-Béchir. Tous deux sont membres d'une église baptiste.

Cependant, socialement, la conversion n'était toujours pas acceptée.

Le frère de Shukralah les a accusés d'adultère en vertu de l'article 146 de la loi pénale soudanaise de 1991 sur la base de l'annulation de leur mariage par le tribunal de la charia, ce qui a conduit à l'arrestation du couple en août dernier.

Alors que le couple a été libéré sous caution quatre jours plus tard, les accusations sont restées.

« Le tribunal a interrogé le couple après que deux des témoins ont dit au tribunal que le mariage entre le couple était illégal. En conséquence, ils sont accusés d'adultère », a déclaré leur avocat.

Amid growing threats from hardline Muslims, in particular Shukralah’s brother, their next hearing has been scheduled for Wednesday, the attorney said.

In the case of adultery by an unmarried person, Article 146 calls for a sentence of flogging and expulsion from the area. If the convicted is married, adultery is punishable by death by stoning under Article 146.

After regularly being included among the worst countries in the world when it comes to Christian persecution, Sudan was removed from the U.S. State Department’s list of “countries of particular concern" in December 2019. The "CPC" list designates nations that tolerate or engage in egregious violations of religious freedom.

However, advances in religious freedom lasted for only two years in Sudan until a military coup last October.

The coup brought back fears of repression and harsh implementation of Islamic law, as an Islamist “deep state” rooted in former President al-Bashir’s 30 years of power remains influential.

Sudan is still the world’s 13th most dangerous country for Christians, according to the Open Doors’ 2022 World Watch List.

CP

 

La vidéo de la Semaine