Dimanche, 5 decembre 2021 14:57:53

Des extrémistes musulmans de l'est de l'Ouganda sont soupçonnés d'avoir tué un ancien chrétien de 60 ans qui avait conduit des musulmans à Christ, ont indiqué des sources.

Le corps décapité d'Alex Mukasa du village de Busandha B, conseil municipal de Bukoova dans le district de Luuka, a été retrouvé le 17 octobre. Il avait quitté son domicile le 16 octobre et n'est pas revenu ce jour-là comme prévu, a déclaré son frère.

"J'ai attendu mon frère, mais il n'est jamais rentré chez lui", a déclaré Elukana Kyotanalya à Morning Star News. «C'était à 7 heures du matin le 17 octobre lorsque j'ai appris que sa moto avait été abandonnée le long de la route de Bukoova, et que son corps avait été décapité et jeté dans une plantation de canne à sucre. Les assaillants ont emporté sa tête.

Mukasa, ancien d'une congrégation de l'Église du Christ de la région, avait reçu des menaces de musulmans locaux lui demandant de quitter le village pour avoir conduit trois musulmans à mettre leur foi en Christ, a déclaré Kyotanalya.

« On lui a donné deux semaines pour quitter les lieux avant de rencontrer sa mort », a-t-il déclaré.

Des agriculteurs plantant du riz ont trouvé la tête de Mukasa dans le marais de Nabisira quelques jours plus tard, a déclaré Kyotanalya.

La police a arrêté deux suspects, Ibrahim Galandi et Abubakari Bunyinza, qui avaient menacé Mukasa et d'autres chrétiens, ont indiqué des sources. Le commandant de la police du district, John Fautine Oese, a déclaré que les agents recherchaient également d'autres suspects "pas du ciel", c'est-à-dire de la communauté locale.

"Les meurtriers ne viennent pas du ciel mais de la communauté, nous appelons donc la communauté à nous donner des informations sur l'incident qui peuvent nous aider à arrêter les auteurs de ce meurtre brutal", a déclaré Oese.

Un chrétien converti de l'islam a déclaré qu'il soupçonnait qu'il y avait au moins cinq assaillants.

"C'était un homme pacifique dont le meurtre a secoué les membres de la communauté et l'Église du Christ dans son ensemble", a déclaré le chrétien, non identifié pour des raisons de sécurité. « C'était un ancien et un leader très respectable qui offrait fréquemment des conseils opportuns et les messages de Dieu aux parties belligérantes au sein de notre communauté. Nous avons été choqués d'apprendre qu'il avait été massacré par des extrémistes musulmans.

L'agression était le  dernier des nombreux  cas de persécution de chrétiens en Ouganda documentés par Morning Star News.

La constitution ougandaise et d'autres lois prévoient la liberté religieuse, y compris le droit de propager sa foi et de se convertir d'une foi à une autre. Les musulmans ne représentent pas plus de 12 pour cent de la population ougandaise, avec de fortes concentrations dans les régions orientales du pays.

 

Morning star news

 

La vidéo de la Semaine