Mercredi, 20 octobre 2021 09:11:59

La présidence du Mali a annoncé ce 9 octobre la libération de Gloria Narvaez. Cette religieuse colombienne avait été enlevée le 7 février 2017 à Karangasso, dans le cercle de Koutiala à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Elle est à arrivée à Bamako ce samedi et a embarqué dans la nuit de samedi à dimanche sur un vol pour l'Italie.

Sœur Gloria Cecilia Narvaez Argoti avait été enlevée le 7 février 2017 à Karangasso, près de Koutiala, dans le sud du Mali à proximité de la frontière avec le Burkina Faso, où elle travaillait depuis six ans comme missionnaire. La présidence du Mali « salue le courage et la bravoure de la sœur », précisant que cette libération est « le couronnement de 4 ans et 8 mois d’efforts conjugués de plusieurs services de renseignements ».

Le président de la transition au Mali, le colonel Assimi Goîta, assure dans ce communiqué, le peuple malien et la communauté internationale que « des efforts sont en cours » pour faire libérer toutes les personnes retenues au Mali.

Dès l’annonce de la libération de sœur Gloria, la communauté catholique du Mali s’est réjoui. « Toute la communauté chrétienne du Mali et d’ailleurs est très contente de la libération de la sœur Gloria, a commenté l’abbé Fernand Coulibaly au micro de notre correspondant Serge DanielC’est la joie partout. »

Les dernières négociations pour sa libération ont été tenues très secrètes. C’est même seulement après l’arrivée de la religieuse dans la capitale malienne que le cardinal Jean Zerbo, archevêque de Bamako a appris la bonne nouvelle. Il a été reçu en compagnie de l’ex-otage par le président de la transition le colonel Assimi Goïta. Sur les images, sœur Gloria Cécilia Narvaez, emmitouflée dans une tenue traditionnelle, sourit. Elle se porte apparemment bien. 

«Immense joie» en Colombie

Le frère de l’ex-otage, Edgar Narvaez, a lui exprimé son émotion, après avoir eu confirmation de la libération. « Dieu merci, elle est en bonne santé, ils m’ont envoyé des photos et elle a l’air bien », a réagi Edgar Narvaez, dans une brève conversation avec l’AFP. Le président de la Conférence épiscopale Mgr Mario de Jesús Álvarez a dit son « immense joie » et remercié l’action du Saint Siège.

La vice-présidente de la république Marta Lucia Ramirez qui est aussi ministre des Relations extérieures s’est également réjouit de cette libération : « un objectif – précise le communiqué officiel - que s’était fixé le gouvernement national et pour lequel nous avons travaillé pendant de nombreux mois ». Sur les réseaux sociaux, les opposants lamentent, eux, le silence et l’apparente inaction du gouvernement pendant toutes ces années.

Dans une lettre transmise en juillet dernier par la Croix-Rouge à son frère, sœur Gloria Narvaez expliquait être détenue par « un groupe du GSIM », le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, lié à al-Qaïda. Un journaliste français, Olivier Dubois, a été enlevé début avril dans le nord du Mali par des jihadistes affiliés à al-Qaïda.

On ignore pour le moment ce que les jihadistes ont obtenu en échange de sa libération.

RFI