Mercredi, 20 octobre 2021 09:34:30

Des bergers peuls ont tué 36 chrétiens lors de multiples attaques dans l'État de Kaduna, au Nigeria, ce mois-ci en toute impunité, tandis qu'un chef d'église s'est plaint que les autorités n'arrêtaient que des chrétiens pour s'être défendus.

Les attaques du 4 août au samedi 28 août contre les comtés de Zangon Kataf, Kaura et Chikun ont coûté la vie à 17 chrétiens dans le village de Doh (Mado), cinq à Madamai, huit à Buruku et Udawa, trois à Machun et trois à Goran Gida, ont déclaré les habitants.

L'attaque du village de Machun, dans le comté de Zangon Kataf, jeudi (26 août) a eu lieu à 19 heures, a déclaré Judith David, une habitante de la région, dans un message texte à Morning Star News.

« Des bergers peuls ont tué trois de nos chrétiens et cinq autres chrétiens ont également été blessés », a-t-elle déclaré. « Il a plu au moment où les bergers ont envahi notre village. Nous étions déjà tous allés dormir dans des maisons lorsque les bergers ont attaqué le village, nous obligeant à fuir dans la brousse sous la pluie.

Samuel Aruwan, commissaire de l'État de Kaduna à la sécurité intérieure et aux affaires intérieures, a confirmé les meurtres dans un communiqué de presse.

« Les policiers ont répondu à un appel de détresse du village de Machun et se sont mobilisés là-bas », a-t-il déclaré. « À leur arrivée, ils ont également été alertés par des coups de feu en provenance de Manuka voisin. Alors que les assaillants fuyaient la zone, les agents ont trouvé les cadavres de trois victimes. »

Le révérend Jacob Kwashi, évêque anglican du diocèse de Zonkwa, et les habitants des communautés touchées ont déclaré que les assaillants étaient des bergers musulmans peuls.

Dans le village de Doh (Mado), dans le comté de Zangon Kataf, le 22 août, des sources ont rapporté que 17 chrétiens avaient été tués.

"Ma ville natale de Doh (Mado) est attaquée par des bergers peuls", a déclaré une habitante du village, Patience Bilyock, dans un SMS à Morning Star News. « Dieu, lève-toi et combats pour tes enfants. »

Kwashi, alors qu'il organisait un service funèbre pour les 17 chrétiens tués dans le village, a déclaré que le gouvernement ne faisait rien alors que les meurtres se poursuivaient chaque jour dans les États de la ceinture moyenne.

« Nous n'avons jamais vu un gouvernement maléfique dans ce pays comme celui d'aujourd'hui. Le gouvernement soutient pleinement l'effusion de sang au Nigeria. Nous sommes tués simplement parce que nous ne sommes pas musulmans », a déclaré Kwashi. « Ces djihadistes peuls maléfiques bénéficient du soutien du gouvernement pour tuer des gens, détruire leurs maisons et leurs terres agricoles, mais lorsque nous essayons de nous défendre, le gouvernement va arrêter notre peuple. De quel genre de justice s'agit-il ?

Aruwan, le porte-parole de l'Etat de Kaduna, a déclaré à propos de l'attaque du village de Doh que les assaillants se sont enfuis en apercevant les forces de l'armée nigériane. Il a identifié neuf des résidents décédés comme étant Moses Dangana, Mary Dangana, Jummai Dangana, Jerry James, Happy James, Endurance Stephen, Comfort Emmanuel, Jummai Tanko et Mary Clement.

« Une résidente, Magdalene Dangoma, a été blessée par balle et est soignée dans un hôpital », a déclaré Aruwan. « Deux maisons ont été rasées lors de l'attaque. Les troupes de l'opération Safe Haven ont également secouru 12 personnes qui fuyaient les assaillants. Les personnes sauvées sont Patrick Chindon, Joseph Agbon, Polymer Joseph, Amos Francis, Keziah Amos, Linda Jonathan, Asabe Jonathan, Jonathan James, Lamin Yohanna, Titi Emmanuel, Patricia Michael et Jetral Bala.

Le 16 août, des bergers ont attaqué le village de Goran Gida, également dans le comté de Zangon Kataf. Aruwan a déclaré que trois résidents avaient été tués : Amos Bulus, Bulus Swam et Simon Akut. Un habitant identifié uniquement comme Kezia a été blessé et les assaillants ont mis le feu à une voiture, a-t-il déclaré.

Dans le village de Madamai, dans le comté de Kaura, des bergers ont attaqué le 15 août à 5 heures du matin, a déclaré Polycarp Bala, un habitant de la région.

« Cinq chrétiens ont été tués dans cette attaque par des bergers peuls », a déclaré Bala.

Aruwan a identifié les personnes tuées comme étant Janet Yakubu, Gambo Yakubu, Jonathan Adamu, Mme Monday et Humphrey Barnabas.

Dans les villages de Buruku et Udaw‎a, dans le comté de Chikun, le 13 août, des bergers ont tué huit chrétiens alors qu'ils travaillaient dans leurs fermes, ont déclaré des habitants. Cinq agriculteurs chrétiens ont été tués dans le village de Buruku et trois dans le village d'Udawa, a déclaré un habitant de la région, John Audu.

"Nous sommes fatigués du sang versé quotidiennement ici", a déclaré Audu. "Nous avons besoin d'aide."

En août, dans le village de Magamiya, des bergers armés ont blessé un chrétien.

"Christian du nom de Shedrach Yohanna a été abattu par les bergers peuls sur son bras", a déclaré Jude Hassan, habitant de Maigamiya, dans un SMS. Aruwan a confirmé l'attaque et la blessure.

« Les troupes ont répondu à un appel de détresse, se sont mobilisées dans le village et ont engagé les assaillants et les ont repoussés avec succès », a déclaré Aruwan.

Le Nigeria était le pays avec le plus grand nombre de chrétiens tués pour leur foi l'année dernière (novembre 2019-octobre 2020), à 3 530, contre 1 350 en 2019, selon la liste de surveillance mondiale 2021 d'Open Doors. Dans l'ensemble de la violence, le Nigeria était juste derrière le Pakistan, et il ne suivait que la Chine pour le nombre d'églises attaquées ou fermées, 270, selon la liste.

Dans la liste de surveillance mondiale de cette année des pays où il est le plus difficile d'être chrétien, le Nigeria a fait son entrée dans le top 10 pour la première fois, passant de la 12e à la 9e place l'année précédente.

Au nombre de millions à travers le Nigeria et le Sahel, les Peuls à prédominance musulmane comprennent des centaines de clans de nombreuses lignées différentes qui n'ont pas d'opinions extrémistes, mais certains Peuls adhèrent à l'idéologie islamiste radicale, au Groupe parlementaire multipartite du Royaume-Uni pour la liberté internationale ou Croyance (APPG) notée dans un récent  rapport .

"Ils adoptent une stratégie comparable à Boko Haram et à l'ISWAP [État islamique Province d'Afrique de l'Ouest] et démontrent une intention claire de cibler les chrétiens et les puissants symboles de l'identité chrétienne", indique le rapport de l'APPG.

Les dirigeants chrétiens au Nigeria ont déclaré qu'ils pensaient que les attaques des bergers contre les communautés chrétiennes de la ceinture centrale du Nigeria sont inspirées par leur désir de s'emparer de force des terres des chrétiens et d'imposer l'islam, car la désertification a rendu difficile pour eux la subsistance de leurs troupeaux.

Le rapport de l'APPG a noté que les loyautés tribales ne peuvent être ignorées.

« En 2015, Muhammadu Buhari, un Peul, a été élu président du Nigeria », a rapporté le groupe. "Il n'a pratiquement rien fait pour remédier au comportement de ses compatriotes de la Middle Belt et du sud du pays."

Le 7 décembre, le département d'État américain a ajouté le Nigéria à sa liste de pays particulièrement préoccupants pour avoir commis ou toléré des « violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté de religion ». Le Nigeria a rejoint la Birmanie, la Chine, l'Érythrée, l'Iran, la Corée du Nord, le Pakistan, l'Arabie saoudite, le Tadjikistan et le Turkménistan sur la liste.

Dans une catégorie plus récente d'acteurs non étatiques, le Département d'État a également désigné ISWAP, Boko Haram, Al-Shabaab, Al-Qaeda, Hayat Tahrir al-Sham, les Houthis, ISIS, ISIS-Grand Sahara, Jamaat Nasr al-Islam wal Muslimin et les talibans comme « entités particulièrement préoccupantes ».

Le 10 décembre, la procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a publié une  déclaration  appelant à une enquête sur les crimes contre l'humanité au Nigeria.

Morning Star News