Mardi, 28 septembre 2021 08:58:25

Une mère de trois enfants de 38 ans se rétablit dans un hôpital de l'est de l'Ouganda après que son père musulman et d'autres membres de sa famille l'ont attaquée avec un objet contondant et l'ont forcée à boire du poison dans la maison de son pasteur, où elle s'était réfugiée depuis sa conversion. au christianisme après une « guérison miraculeuse ».

Le père de la femme, identifié comme Hajat Habiiba Namuwaya du village de Namakoko dans le sous-comté de Nangonde du district de Namutumba, et ses autres proches sont arrivés au domicile de son pasteur le matin du 20 juin, a rappelé la victime depuis son lit d'hôpital, selon Morning Nouvelles des étoiles .

« Il a commencé à me battre et à me torturer avec un objet contondant, m'infligeant des contusions au dos, à la poitrine et aux jambes, et m'a finalement forcé à boire du poison, auquel j'ai essayé de résister mais j'en ai avalé un peu », Namuwaya, un ancien enseignant islamique, a été cité comme disant.

« Mon père, Al-Hajji Mansuru Kiita, a récité de nombreux versets coraniques m'injuriant et me dénonçant comme ne faisant plus partie de la famille », a-t-elle ajouté.

Les voisins du pasteur ont entendu ses appels à l'aide et c'est alors que les parents musulmans ont fui les lieux.

« Le pasteur n'était pas là lorsque les assaillants sont arrivés, mais un voisin lui a téléphoné », a déclaré Namuwaya, qui a accepté le Christ en février. «Il craignait de venir immédiatement, mais plus tard, il est venu et m'a trouvé en train de me battre pour ma vie. J'ai été transporté d'urgence à la clinique voisine pour les premiers soins, et plus tard, j'ai été emmené dans un autre endroit pour un traitement et des prières.

Elle a dit qu'elle était « agitée avec une douleur continue à l'estomac ».

La victime a trouvé refuge sur un site non divulgué et n'a pas déposé de plainte auprès de la police, craignant des représailles de la part de ses proches, y compris la possibilité qu'ils déposent une fausse plainte contre elle ou l'église.

Namuwaya a mis sa foi en Christ le 24 février après que le pasteur a prié pour elle et l'aurait guérie d'un cancer du sein.

 

« Ma mère m'a prévenu que la famille avait l'intention de me tuer », aurait-elle déclaré. "J'ai partagé mes craintes avec le pasteur, et le pasteur et sa famille ont accepté de m'héberger, et librement j'ai partagé ouvertement ma nouvelle vie en Christ avec des amis sur WhatsApp, ce qui m'a posé des problèmes."

Un SMS sur son séjour chez le pasteur est parvenu à son père, qui a ensuite mobilisé d'autres proches pour la retrouver.

Alors que la plupart des habitants de l'Ouganda sont chrétiens, certaines régions orientales et centrales ont des concentrations plus élevées de musulmans. 

Le Pew-Templeton Global Religious Futures Project montre qu'environ 11,5% de la population ougandaise est musulmane. Les musulmans en Ouganda sont principalement sunnites. Les meurtres et les attaques contre les convertis ne sont pas rares dans la région.

« L'influence de l'islam radical n'a cessé de croître et de nombreux chrétiens dans les régions frontalières à majorité musulmane sont confrontés à de graves persécutions, en particulier ceux qui se convertissent de l'islam »,  explique une fiche d'information de la Voix des martyrs  .

« Malgré les risques, les églises évangéliques en Ouganda ont répondu en tendant la main à leurs voisins ; de nombreuses églises forment des dirigeants à partager l'Évangile avec les musulmans et à prendre soin de ceux qui sont persécutés après être devenus chrétiens.

En décembre dernier, une foule d'extrémistes musulmans en Ouganda  aurait  tué l'ancien imam Yusuf Kintu, 41 ans, une semaine après sa conversion au christianisme.

CP