Un voyageur a pris une photo d'un bus abandonné de chrétiens enlevés sur l'autoroute Kachia-Kafanchan vendredi (26 mars 2021). (Facebook)

Des chrétiens de l'État de Kaduna, au Nigéria, soupçonnent que des bergers musulmans peuls étaient à l'origine de l'enlèvement de huit chrétiens dans un bus dans le sud de l'État, vendredi 26 mars.

Les membres de l'Église chrétienne rachetée de Dieu (RCCG) se rendaient de la ville de Kaduna à Kafanchan lorsque leur bus a été intercepté sur l'autoroute Kachia-Kafanchan à 63 kilomètres au sud-est de la capitale de l'État, la ville de Kaduna, selon les rapports. .

«Veuillez prier pour mon père et les autres missionnaires du RCCG qui ont été enlevés par des bergers peuls le soir du vendredi 26 mars», a déclaré le membre de l'église Ifedun Richard par SMS samedi à Morning Star News.

Eje Kenny Faraday, qui a déclaré qu'il voyageait également le long de l'autoroute Kaduna-Kachia vendredi, a publié une photo du bus abandonné des membres de l'église sur Facebook ce jour-là et a déclaré qu'ils venaient d'être kidnappés.

Un porte-parole du RCCG dans la ville de Kaduna, le pasteur Olaitan Olubiyi, a confirmé l'enlèvement, affirmant que les huit membres de l'église étaient en route pour Kafanchan pour la sensibilisation du ministère.

Tanko Makeri, un habitant de la zone où l'enlèvement a eu lieu, a déclaré à Morning Star News par SMS que les membres de l'église avaient été enlevés sous la menace d'une arme le long de l'autoroute Kaduna-Kachia entre les villages de Doka et Makyali.

Le révérend Joseph Hayab, président du chapitre de l'État de Kaduna de l'Association chrétienne du Nigéria, a exhorté le gouvernement à obtenir la libération des chrétiens.

«Nous appelons le gouvernement et les agences de sécurité à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour secourir les victimes», a déclaré Hayab dans un communiqué de presse samedi 27 mars.

Un porte-parole du commandement de la police de l'État de Kaduna a déclaré que des policiers enquêtaient.

«Nous avons reçu un rapport de l'officier de police divisionnaire de la région de Kajuru à propos de l'incident, et nous avons ouvert une enquête à ce sujet», a déclaré Mohammed Jalige dans un message texte à Morning Star News.

Un pasteur principal du siège du RCCG à Lagos, Leke Adeboye, a publié une déclaration indiquant qu'un service de Zoom a été organisé dimanche 28 mars pour que ses églises du monde entier prient pour la libération des membres captifs de l'église.

Le Nigéria a dominé le monde en nombre de chrétiens kidnappés l'année dernière avec 990, selon le rapport de la World Watch List 2021 d'Open Doors. Dans la liste 2021 des pays où il est le plus difficile d'être chrétien, le Nigéria a fait son entrée dans le top 10 pour la première fois, passant à la 9e place de la 12e année l'année précédente.

Le Nigéria était le pays avec le plus de chrétiens tués pour leur foi l'année dernière (novembre 2019-octobre 2020), à 3530, contre 1350 en 2019, selon le rapport de la WWL. Dans l'ensemble de la violence, le Nigéria était deuxième seulement après le Pakistan, et il n'était derrière que la Chine dans le nombre d'églises attaquées ou fermées, 270, selon la liste.

Comptant des millions à travers le Nigéria et le Sahel, les Peuls à prédominance musulmane comprennent des centaines de clans de nombreuses lignées différentes qui n'ont pas d'opinions extrémistes, mais certains Peuls adhèrent à l'idéologie islamiste radicale, le Groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale du Royaume-Uni ou Croyance (APPG) notée dans un rapport récent  .

«Ils adoptent une stratégie comparable à Boko Haram et ISWAP [Province de l'État islamique en Afrique de l'Ouest] et démontrent une intention claire de cibler les chrétiens et les symboles puissants de l'identité chrétienne», indique le rapport de l'APPG.

Les dirigeants chrétiens du Nigéria ont déclaré qu'ils pensaient que les attaques des bergers contre les communautés chrétiennes dans la ceinture du milieu du Nigéria étaient inspirées par leur désir de s'emparer de force des terres des chrétiens et d'imposer l'islam car la désertification leur a rendu difficile de soutenir leurs troupeaux.

Le rapport de l'APPG a noté que les loyautés tribales ne peuvent être négligées.

«En 2015, Muhammadu Buhari, un Peul, a été élu président du Nigéria», a rapporté le groupe. «Il n'a pratiquement rien fait pour lutter contre le comportement de ses camarades de la tribu de la Middle Belt et du sud du pays.

Le 7 décembre, le Département d'État des États-Unis a ajouté le Nigéria à sa liste de pays particulièrement préoccupés pour avoir commis ou toléré «des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté religieuse». Le Nigéria a rejoint la Birmanie, la Chine, l'Érythrée, l'Iran, la Corée du Nord, le Pakistan, l'Arabie saoudite, le Tadjikistan et le Turkménistan sur la liste.

Dans une catégorie plus récente d'acteurs non étatiques, le Département d'État a également désigné ISWAP, Boko Haram, Al-Shabaab, Al-Qaïda, Hayat Tahrir al-Sham, les Houthis, ISIS, ISIS-Greater Sahara, Jamaat Nasr al-Islam wal Muslimin et les Taliban en tant qu '«entités particulièrement préoccupantes».

Le 10 décembre, le procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a publié une  déclaration  appelant à une enquête sur les crimes contre l'humanité au Nigéria.

Morning Star News