Un raid présumé d'un groupe extrémiste islamique a entraîné la mort de 13 civils et de trois soldats, ainsi que l'incendie d'une église catholique dimanche matin dans la province du nord-est de l'Ituri en République démocratique du Congo, selon une première évaluation. 

Les Forces démocratiques alliées, un groupe terroriste islamique, ont été accusées par un porte-parole de l'armée d'être à l'origine du massacre meurtrier du village de Ndakya.

Mais l'implication du groupe n'est pas encore confirmée, selon Reuters . L'ADF est répandu dans la région depuis les années 1990 et a tué environ 850 personnes en 2020, selon une estimation des Nations Unies.

Christophe Munyanderu, le coordinateur de la Convention pour le respect des droits de l'homme, a déclaré à l'agence de presse que des hommes armés avaient ouvert le feu en entrant dans le village dimanche matin. 

Le porte-parole de l'armée, Jules Ngongo Tshikudi, a déclaré que les troupes militaires occupaient maintenant le village et que quatre auteurs avaient été tués.  

Le directeur régional pour l'Afrique du groupe de défense des églises persécutées basé aux États-Unis, International Christian Concern , Nathan Johnson, a déclaré qu'il y avait beaucoup de violence dans l'est de la RDC en raison de plus de 100 groupes rebelles actifs dans la région. 

Il a déclaré que l'ADF était l'un des groupes militants les plus importants et les plus actifs et qu'il aurait des liens avec l'organisation terroriste État islamique. 

«Les attaques sont quotidiennes», a déclaré Johnson au CP. «Il y a une vaste sous-déclaration.»

Même si la population de la RDC est d' environ 95% chrétienne, la  violence de l'extrémisme islamique s'aggrave continuellement, en particulier dans la région orientale.

Johnson a déclaré que de nombreux groupes militants islamiques visent à créer un califat islamique, ce qui est difficile parce que la population chrétienne les dépasse. Il soutient que bon nombre des attaques sont menées pour «terroriser les gens et gagner le pouvoir dans la région».

Johnson a déclaré que plusieurs centaines avaient déjà été tués cette année. L'ONU

«Je demande aux gens de prier pour ceux qui ont été tués et pour leurs familles», a déclaré Johnson. «C'est la première chose qu'on nous demande toujours quand nous sommes à l'étranger, c'est [de] prier pour eux et leurs familles.»

En raison de l'oppression islamique, la RDC est classée n ° 40 pour la persécution chrétienne sur la liste de surveillance mondiale Open Doors USA 2021 , qui classe les pays pour la gravité de leur persécution. C'est la première fois que la RDC se classe dans le top 50. Le pays était classé n ° 57 l'an dernier.

"Ces groupes rebelles ne font que créer le chaos, mais les gens ne le savent pas parce que personne n'en fait état", a déclaré Johnson.

Johnson a déclaré que le gouvernement et l'armée de la RDC avaient très peu de contrôle dans la région orientale pendant des années et avaient été largement repoussés à des centaines de kilomètres à l'ouest vers la capitale, Kinshasa. 

Cela est dû au grand nombre de groupes rebelles poussés dans l'est de la RDC à partir des pays voisins de l'Ouganda et du Rwanda, en particulier pendant le génocide de 1994 au Rwanda .

«Une des choses que vous découvrirez, c'est que le monde occidental ne se soucie vraiment pas trop de ce qui se passe en Afrique, en particulier des pays comme la RDC où il n'y a que des quantités massives de violence», a affirmé Johnson. «Les guerres civiles se poursuivent essentiellement depuis des décennies. Le monde occidental s'en fiche, ... pas plus que les agences de presse qui vont tirer de l'argent de ce qu'elles rapportent.

Après les attaques en RDC fin décembre et début janvier, l'analyste senior d'Open Doors pour la liberté de religion ou de croyance en Afrique du Sud subsaharienne Illia Djadi a déclaré que la violence en RDC avait besoin de plus d'attention. Il a dit que la majorité des morts en RDC sont des croyants.

"Ces communautés à prédominance chrétienne sont attaquées par un groupe extrémiste islamique avec un programme expressionniste islamique clair", a déclaré Djadi à Baptist Press . «Nous devons prêter attention à ces événements car ce qui se passe dans l'est de la RDC, le meurtre de civils innocents presque quotidiennement, est une tragédie sous-rapportée.

Dans un rapport de fin janvier, Open Doors a rapporté que des extrémistes islamiques avaient tué au moins 100 personnes, pour la plupart des chrétiens, dans l'est de la RDC en 15 jours. 

En octobre dernier, des extrémistes islamiques présumés auraient tué au moins 18 personnes et incendié une église ainsi que plusieurs maisons dans la province du Nord-Kivu.

Selon le Kivu Security Tracker, "au moins 10" civils ont été tués lorsque des extrémistes présumés des ADF ont attaqué lundi Kalembo, une ville de la région de Beni, dans la province du Nord-Kivu. 

CP