Il y a trois ans, 110 écolières nigérianes ont été enlevées par des terroristes de Boko Haram. Après un mois de négociations avec les autorités gouvernementales, 109 ont été rendus à leurs familles. La fille qui n'a pas été renvoyée était également la seule chrétienne, Leah Sharibu, âgée de 14 ans. 

Selon Boko Haram (ou, comme il se nomme, la province de l'État islamique d'Afrique de l'Ouest), Sharibu a refusé de se convertir à l'islam, leur condition préalable à sa libération. Quelques mois plus tard, Boko Haram a annoncé que Sharibu et Alice Loksha Ngaddah, une infirmière chrétienne kidnappée en mars 2018, seraient réduites en esclavage à vie. 

La dernière fois que le monde a entendu Leah , elle a supplié d'être «traitée avec compassion» et a demandé «au gouvernement, en particulier au président, de me plaindre et de me sortir de cette grave situation. Trois ans plus tard, Leah reste prisonnière, « captive du Christ ».

Le cas de Leah n'est qu'un exemple du type de violence et d'oppression auxquels les chrétiens nigérians sont confrontés chaque jour, en particulier dans le nord majoritairement musulman du pays. Pendant des années, Boko Haram et des militants musulmans peuls ont tué, violé, enlevé et cherché à «nettoyer» des parties du nord du Nigéria de sa population chrétienne. L'ampleur de la violence a été vivement mise en évidence dans un  calendrier interactif publié par le Comité international sur le Nigéria (ICON) , qui indique combien de chrétiens nigérians ont été tués, violés, blessés ou enlevés un jour donné depuis Noël 2019. Le l'échelle est stupéfiante.

L'ampleur de ce qui a été surnommé le «massacre silencieux» des chrétiens nigérians a incité les observateurs à l'intérieur et à l'extérieur du pays à l'appeler «génocide». Cependant, comme la réponse du gouvernement nigérian va de l'indifférence à la complicité possible, la meilleure chance de secours repose sur les efforts des chrétiens et autres personnes concernées pour s'organiser, agiter et, surtout, prier.  

L'année dernière, ICON a organisé un sommet virtuel pour sensibiliser à la crise qui y règne. J'ai eu le privilège de rejoindre l'ancienne star de la NFL Benjamin Watson, l'ancien représentant américain Frank Wolf et le représentant de l'époque Tulsi Gabbard dans un panel pour cet événement . En plus du formidable travail d'ICON, il y a aussi la bien nommée  Fondation LEAH.

Nommé en l'honneur de la jeune fille toujours détenue par Boko Haram, «LEAH» est un acronyme qui signifie «Leadership», «Empowerment», «Advocacy» et «Humanitarian». Ce plaidoyer pour les filles comme Leah et d'autres qui ont été attaquées et / ou kidnappées par des groupes comme Boko Haram est extrêmement important. Comme  l'a souligné le dernier rapport d'Open Door , la violence sexuelle, y compris les enlèvements, est la principale menace à laquelle sont confrontées les chrétiennes du monde entier. La Fondation LEAH s'efforce également de créer des lieux où des filles comme Leah peuvent, une fois libérées, trouver un foyer, des provisions et une éducation. Mais d'abord, Leah doit être libérée.

Pour marquer le prochain troisième anniversaire de son enlèvement, la Fondation LEAH lance une campagne de sept jours pour attirer l'attention internationale sur son histoire et sur le sort des chrétiens nigérians. La campagne se déroulera du 13 au 19 février et s'articule autour de la prière et d'un événement diffusé en direct . Les prières de chaque jour se concentreront sur des questions spécifiques. Par exemple, le 13, les prières seront centrées sur la famille de Leah. Le lendemain, nous prierons pour qu'elle soit encouragée. D'autres jours, nous prierons pour que les dirigeants du monde agissent, pour la défaite du terrorisme au Nigéria et, bien sûr, pour les autres filles en captivité. La campagne se terminera le 19 février par un événement de trois heures en streaming sur  Facebook, YouTube et Twitter.  Ou, si vous venez sur BreakPoint.org, nous vous y connecterons.  

«Trois ans, c'est trop long.»  L'indifférence d'une grande partie du monde à l'égard de l'enlèvement et de l'esclavage de Leah et de la violence en cours au Nigéria doit cesser. Venez sur BreakPoint.org, et je vous mettrai en relation avec les  7 jours de prière de la Fondation LEAH.

CP / IMC