Des incendiaires ont incendié cinq bâtiments d'églises et jeté des excréments sur les structures calcinées du 20 au 24 janvier dans un village de l'ouest du Kenya, selon des sources.

Le bâtiment de l'église St. Monica a été incendié le 20 janvier dans le village d'Otamba, dans la région de Nyaraibari Chache du comté de Kisii. Le 21 janvier, les bâtiments de la Worldwide Church avec 100 membres, une église adventiste du septième jour et une congrégation Legio Maria (un mouvement indigène qui a rompu avec le catholicisme romain en 1963) ont été incendiés; vers 3 heures du matin le 24 janvier, des incendiaires ont brûlé le bâtiment d'une église pentecôtiste de 250 membres, tous dans le même village.

«En plus d'incendier les églises, les incendiaires ont également commis des actes odieux consistant à ramasser des excréments humains sur les bâtiments pour décourager les fidèles de se rendre dans leurs églises en ruines», a déclaré une source locale. «La majorité des membres de l'église avaient peur d'assister aux offices [dans ou près des ruines] à la suite de l'incendie des églises, craignant que les incendiaires puissent les suivre jusque dans leurs maisons, risquant la vie de leurs familles.

Les églises ont subi des dommages de plusieurs millions de shillings kényans aux structures, chaises et autres objets des bâtiments, a indiqué la source.

L'Association de l'Église et du Clergé du Kenya a condamné les incendies dans un communiqué de presse.

«Nous demandons aux autorités chargées de l'enquête d'aller au fond des choses et d'exposer les agents de ces actes odieux», indique le communiqué.

Les dirigeants de l'Église ont appelé la police à renforcer la sécurité dans la région et à trouver et à poursuivre les coupables. Daniel Ratemo, président de l'Église pentecôtiste, a lancé un appel pour un soutien financier et des prières.

Un prêtre de l'église Legio Maria a appelé la police pour trouver les incendiaires.

«Le mal ne doit pas vaincre le bien qu'apporte l'Évangile du Christ», a dit le prêtre, dont le nom est retenu pour des raisons de sécurité.

Le Kenya a été classé 49 e sur la liste de surveillance mondiale 2021 de l'organisation de soutien chrétien Open Doors, des pays où il est le plus difficile d'être chrétien.

 

Morning Star News