Mardi, 12 novembre 2019 21:02:56

Dans une interview à The Economist, le président français a aussi invité ses partenaires européens à se réveiller afin de conserver le contrôle de la destinée du continent.

« L’Otan est en état de mort cérébrale », a lancé le président français dans une interview accordée à l'hebdomadaire britannique The Economist

Cette petite phrase intervient à quasiment un mois du prochain sommet de l'organisation à Londres, mais surtout à quelques heures des cérémonies qui marquent les 30 ans de la chute du Mur de Berlin.

Pour ces dirigeants européens qui s’apprêtent à partir pour la capitale allemande, Emmanuel Macron a un message, un diagnostic sur l’état de l’Europe aujourd’hui. Et il est sévère : « L’Europe est au bord du précipice ». C’est pourquoi les dirigeants doivent se réveiller « pour conserver le contrôle de la destinée du continent ».

On le sait, le président français veut une armée européenne mais cela se complique quand l’avion de combat franco-allemand destiné à remplacer le Rafale reste un projet difficile à mettre en œuvre ou quand la Grande-Bretagne, l’autre grande puissance militaire de l’Europe, pense toujours à partir et que la Pologne, par exemple, tient toujours à rester sous le parapluie militaire américain.

 

Intervention turque

Face à ces difficultés, Emmanuel Macron veut saisir cette occasion de l’anniversaire de la chute du Mur pour rappeler qu’en 30 ans, le monde a changé. « Le schéma post-89 est remis en question », dit un diplomate.  « Les États-Unis nous tournent le dos », dit même le président. 

L’opération turque en Syrie est à ses yeux « un énorme problème pour l’Otan ». L’attaque a été condamnée par l’Union européenne et nombre de ses pays membres, sans aucun effet. 

Avec RFI