Lundi, 19 aout 2019 15:56:47
 

Les chrétiens sont de loin le groupe religieux le plus persécuté dans le monde et subissent ce qui équivaut à un génocide dans certaines parties du monde, conclut un rapport commandé par le ministère des Affaires étrangères au Royaume-Uni.

Les chrétiens anéantis dans certains endroits du globe ?

Ils sont chassés du Moyen-Orient dans ce qui constitue un exode des temps modernes, et cela pourrait même entraîner l’anéantissement de la religion chrétienne dans certaines parties de la planète, explique le rapport, remis par le révérend Philip Mounstephen, évêque de Truro. Un rapport qui, selon lui, démontre que les persécutions contre les chrétiens ont atteint un niveau jamais connu jusqu’ici dans l’Histoire.

L’étude révèle que les chrétiens sont harcelés plus que tout autre groupe religieux, dans de nombreux pays, et en particulier dans les pays à majorité musulmane du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Le rapport indique que 245 millions de chrétiens souffrent aujourd’hui de « hauts niveaux de persécution » dans 50 pays, soit une augmentation de 30 millions d’une année sur l’autre.

Les chrétiens ont particulièrement été visés par des groupes extrémistes en Syrie, en Irak, en Égypte, dans le nord-est du Nigeria et aux Philippines, ainsi qu’en Inde et en Chine. Certaines communautés chrétiennes, particulièrement anciennes, au Moyen-Orient, sont aujourd’hui décimées, et nécessitent un soutien urgent.

Pour le ministre des Affaire étrangères, Jeremy Hunt, c’est le politiquement correct, une tradition anglaise qui s’étend malheureusement à toute l’Europe de l’Ouest, qui serait en partie responsable de la négation de cette « persécution oubliée ».

M. Hunt a déclaré qu’il userait désormais de l’influence diplomatique de la Grande-Bretagne pour défendre les chrétiens là où ils sont attaqués pour leur foi, et a admis que le problème était parfois négligé en raison des accusations de « colonialisme » proférées lorsque la Grande-Bretagne souhaite intervenir quelque part dans le monde.

La question évitée et niée au nom du politiquement correct

La version définitive de ce rapport, commandé par M. Hunt l’année dernière, sera publiée cet été et évoquera également le massacre du dimanche de Pâques au Sri Lanka. S’exprimant à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, au cours de son voyage de cinq jours en Afrique, M. Hunt a déclaré, sous forme d’aveu de culpabilité : « Je pense que nous avons tous fermé les yeux lorsqu’il s’agit de la persécution des chrétiens. Je pense que nous avons évité de parler de persécution chrétienne parce que nous sommes un pays chrétien et que nous avons un passé colonial. Je pense que c’est en partie à cause du politiquement correct que nous avons évité d’aborder cette question. Je pense que l’on craint à tort qu’il soit colonialiste de parler d’une religion qui a été associée à des puissances coloniales. »

Même son de cloche chez le révérend Mounstephen : « J’étais conscient de la terrible réalité de la persécution. Mais pour être honnête, j’ai été vraiment choqué par la gravité, l’ampleur et la portée du problème. Cela nous oblige, en Occident, à nous poser des questions : Pourquoi avons-nous été si aveugles face à cette situation et pendant si longtemps ? »

Et ce dernier d’ajouter : « Il est ironique que les laïques, les extrémistes islamiques et certains régimes autoritaires partagent la même idée fausse selon laquelle le christianisme serait l’expression du privilège blanc et occidental alors que le christianisme est avant tout une religion de l’hémisphère Sud et des pauvres du monde. »

Pour l’évêque Mounstephen enfin « le changement climatique, avec la négation du droit à la croyance religieuse, sont les plus grandes menaces existentielles et globales à l’épanouissement de l’homme. Nous commençons à juste titre à nous sensibiliser à la première. Nous devons nous occuper d’urgence de ce dernier point. »

Chrétiens persécutés ? Même constat de la Commission américaine de la liberté religieuse internationale

Dans le même temps, un rapport annuel de la Commission américaine de la liberté religieuse internationale vient de paraître. Depuis désormais 20 ans, ce rapport dresse le bilan de la persécution mondiale.

Les experts ont ainsi dressé la liste des 12 pays particulièrement préoccupants : la Birmanie, la République centrafricaine, la Chine, l’Érythrée, l’Iran, le Nigeria, la Corée du Nord, le Pakistan, la Russie, l’Arabie saoudite, le Soudan, la Syrie, le Tadjikistan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Vietnam. Pour les commissaires, dans ces pays, le gouvernement est engagé ou tolère des violations particulièrement graves de la liberté religieuse.

Pour Gary Bauer, président de American Values et commissaire de l’USCIRF, la situation est particulièrement grave pour les chrétiens du monde :

« Les chrétiens sont le groupe religieux le plus persécuté au monde et cela s’accélère. Alors, voici une puissance croissante. Son économie grandit chaque année, son armée se développe. Elle a des ambitions mondiales et chaque endroit où elle se rend apporte avec elle ces valeurs de la persécution. Selon les défenseurs de la liberté religieuse, plus de 5 000 chrétiens et 1 000 responsables d’églises ont été arrêtés en 2018 à cause de leur foi ou de leurs pratiques religieuses. […] Les autorités ont fermé ou démoli des milliers d’églises ou de sites religieux. […] Même les églises de maison qui n’ont pas été fermées ont fait face à l’augmentation des restrictions sur leur capacité à conduire une activité religieuse et en avril, le gouvernement a interdit la vente de bibles en ligne. »

Ceux qui ont fermé les yeux volontairement – comme ils ferment les yeux volontairement sur les exactions visant les Blancs dans certains pays du monde – rendront-ils des comptes un jour à ceux qu’ils ont abandonnés ? Souhaitons-le.

Avec Breizh-Info